festival oeillades 2016 banniere

La palmarès de l’édition 2018

Catégorie longs métrages :

Prix du Public

décerné au film « Les Invisibles » de Louis-Julien Petit
distributeur : Apollo Films / Production : Elemiah

 
Le festival décerne aux films classés second et troisième une mention spéciale :

« Meltem » de Basile Doganis

distributeur : Jour2Fête / Production : Elzévir Films 


« Les Rois Mongols » de Luc Picard (Québec)

distributeur: Téléfiction Distribution / Production : Echomédia

 

Catégorie courts-métrages :

Prix du Jury Jeunes

décerné au film « Auguste » d’Olivia Baum  – Production : Les Films Velvet et Prix du public au film « Un réflexe » de Zulma Rouge – Production Zulma Rouge

Le festival en image

Le mot de Ciné-Forum

Le 22ème festival du Film Francophone d’Albi reste fidèle à son idéal : ouvrir le regard, construire l’esprit critique, éveiller les consciences, fonder une communauté de valeurs, permettre l’éducation esthétique. Tout un programme.
Celui-ci témoigne de la grande diversité du cinéma francophone qui interroge, raconte, invente et nous promet étonnements, coups de cœur et découvertes.
Retrouvons des films qui parlent, au-delà des discours institutionnels, d’humanité avec Les Invisibles, Les Rois Mongols, Amin, Nos vies
formidables, Libre.
Retrouvons aussi des films de l’intime avec Continuer, L’Incroyable histoire du facteur Cheval, Girl, Deux fils, La Dernière folie de Claire Darling, Doubles vies, Les Estivants, L’Amour flou.
Retrouvons des films nous apportant la connaissance historique avec Le Procès contre Mandela et les autres, Un Peuple et son roi.
Retrouvons enfin des films dont l’intrigue nous interroge sur les limites que l’homme entretient avec soi-même et avec ses institutions : Une Intime
conviction, Une Part d’ombre, L’Ordre des médecins ; et ses peurs : L’Heure de la sortie.
Les Œillades 2018 font la part belle à la jeune création en présentant 10 premiers films et montrant que celle-ci n’est du tout tarie, que l’avenir du
cinéma en salle a encore de beaux jours devant lui.
Rassurant également la programmation de 11 films de femmes, même si la parité n’est pas encore visible à tous les étages de la création
cinématographique.
Autre vecteur fort de cette édition : le documentaire. Avec le concours du Département du Tarn et de la Bibliothèque Départementale, de nombreuses
séances décentralisées conduiront le cinéma aux portes de nos villages.
Enfin, un coup de projecteur sera porté à nos amis et confrères des festivals francophones de Namur et Angoulême avec Une Part d’ombre de Samuel Tilman et Pupille de Jeanne Herry.
Belle moisson que celle du Festival d’Albi qui nous offre des propositions de cinéma adressés aux mille visages des spectateurs dans la quête de sens, d’ émotion et de beauté.

Toute l’équipe du Festival vous souhaite un bon festival.